Nouvelles

DÉCONFINEMENT DANS L'INDUSTRIE TOURISTIQUE : demande des mesures temporelles et financières claires et rapides

DÉCONFINEMENT DANS L'INDUSTRIE TOURISTIQUE :  demande des mesures temporelles et financières claires et rapides

Au nom des entrepreneurs en tourisme d'aventure au Québec, Aventure Écotourisme Québec demande des mesures temporelles et financières claires et rapides

La ministre Caroline Proulx a clairement dit aux Québécois qu'ils pouvaient dès maintenant commencer à planifier et à prendre leurs vacances au Québec. Elle a également annoncé la semaine dernière une première phase du calendrier de déconfinement concernant l'industrie touristique québécoise. Nous connaissons sa passion pour l'industrie et ce premier pas démontre qu'elle tient son engagement à l'effet qu'il y aura un été touristique au Québec. Mais pour se dégourdir après de longs mois de confinement, il faudra que nos entreprises survivent à la relance économique. Les visiteurs seront Québécois, souvent même visiteur de sa propre région. Le seul scénario envisageable pour leur offrir un peu d'agrément sera de sécuriser des emplois locaux.

«Pour participer activement à la relance de l'économie dès  cet été, les entreprises de tourisme d'aventure attendent avec impatience les prochaines étapes évoquées par la ministre, soit le calendrier de la deuxième phase de déconfinement et le plan de soutien financier de l'industrie du tourisme. Ces éléments sont cruciaux afin que nos entreprises d'aventure, menacées de fermeture pour certaines d'entre elles, puissent faire des choix viables et maintenir des emplois de qualité en région. Nous travaillons avec les forces vives de l'ensemble de l'industrie ainsi qu'avec le gouvernement pour trouver un équilibre entre santé publique et survie économique », insiste Yanick Morin, président d'Aventure Écotourisme Québec. « En dépit du climat d'incertitude que vivent nos entreprises de tourisme de nature,  ces dernières, dont la survie est grandement menacée, espèrent pouvoir compter sur le gouvernement » rajoute-t-il.

Pour que nos entrepreneurs sachent sur quel pied danser et pour assurer une expérience sécuritaire aux visiteurs, la population doit bien comprendre les balises de déplacement, d'hébergement, de divertissement, de restauration et de loisirs, par exemple. Il est important de rappeler que le tourisme d'aventure et de nature est un secteur indispensable de l'échiquier touristique québécois et a connu une croissance deux fois supérieure à l'ensemble de l'industrie touristique en 2019 (13,5 % vs 4,9 %). De plus, près de 3 000  emplois directs et indirects sont liés au tourisme d'aventure et de nature au Québec. Avec plus de 1,25 millions de jours/visiteurs par année, dont plus du tiers (39 %) provient de l'extérieur du Québec, les recettes touristiques dépassent les 119 millions par année pour l'ensemble du territoire québécois.

« Même si nous avons tous hâte de déconfiner et que les entreprises vivent un climat d'incertitude, nous comprenons qu'il faut contribuer à l'effort de santé publique en agissant progressivement. La santé publique c'est non négociable et c'est un devoir pour nous de porter ce message auprès de nos entrepreneurs, eux aussi, préoccupés par la question. Le gouvernement du Québec nous demande également de participer activement à la relance de l'économie dès cet été. Dans les deux cas, il peut compter sur nous », assure M. Morin.

C'est dans cet esprit qu'Aventure Écotourisme Québec interpelle aujourd'hui les ministres responsables de la relance de l'emploi et de l'économie post COVID-19 afin de les inciter à encourager le Premier ministre Legault à venir en aide à l'industrie touristique. Au Québec, l'industrie touristique représente 400 000 emplois (soit 100 fois le Cirque du Soleil) pour l'ensemble des régions.

Voir toutes les nouvelles | RSS