Nouvelles

Aventure Écotourisme Québec contre un port pétrolier à Gros-Cacouna

Aventure Écotourisme Québec contre un port pétrolier à Gros-Cacouna

C’est avec conviction qu’Aventure Écotourisme Québec et ses membres ajoutent leurs voix aux opposants d’un port pétrolier à Gros-Cacouna.

Plusieurs entreprises de tourisme d’aventure et d’écotourisme membres d’Aventure Écotourisme Québec, L’Association des professionnels, offrent des produits touristiques à même le Parc marin du Saguenay – Saint-Laurent et aux abords du golfe et du fleuve St-Laurent. C’est sans contredit que ces entreprises sont plus que préoccupées par le projet d’un port pétrolier à Gros-Cacouna, près de Rivières-du-Loup et voient la concrétisation de ce dernier comme une menace pour leurs entreprises.

Écosystème exceptionnel et très productif, le golfe du Saint-Laurent abrite une multitude de plantes et d'animaux, y compris 2200 espèces marines qui se reproduisent et migrent dans ses eaux. Il est au cœur de l'économie des provinces environnantes de par la pêche et le tourisme. Aussi, le Parc marin du Saguenay – Saint-Laurent a spécialement été créé afin de préserver les écosystèmes fragiles y vivants. Ceci dit, nos entreprises membres ont totalement endossé les valeurs de protection et de préservation du milieu afin de maintenir la santé des écosystèmes tout en prônant l'enseignement des bonnes pratiques environnementales. Plusieurs d’entre elles dépendent de la beauté du fleuve St-Laurent et entre autre, de notre Parc marin du Saguenay – Saint-Laurent.

À la hauteur de Cacouna, une présence continue de superpétroliers faisant des manœuvres entre les hauts fonds et dans les grands courants marins sera des plus néfaste. D’autant plus que les méthodes de prélèvement séismique affectent assurément la faune marine et peuvent perturber grandement voire nuire au développement des écosystèmes et espèces marines présentes dont les bélugas qui subissent présentement suffisamment de contraintes menaçant leur survie.

Tout comme le comité du Parc marin Saguenay-Saint-Laurent, la Fondation David Suzuki, le Centre québécois du droit de l’environnement (CQDE), Nature Québec, la Société pour la Nature et les Parcs du Canada (SNAP), et Coalition St-Laurent, Aventure Écotourisme Québec s’inquiète grandement des impacts environnementaux et socioéconomiques que ce projet pourrait occasionner et entre autres, pour les entreprises touristique.

Le fleuve aux grandes eaux est une ressource touristique immense et par ailleurs, une des priorités touristiques du gouvernement. Les retombées économiques reliées aux observateurs et aux sportifs y navigant sont très considérables. L'industrie de l'observation des baleines sur les deux rives génère des retombées économiques de 200 millions $ et crée l'équivalent de 2300 emplois à temps plein.

Nous croyons sincèrement qu'il faut préserver et améliorer la santé de notre fleuve St-Laurent.Il devrait être envisageable de voir une autre solution afin de livrer et vendre le pétrole des sables bitumineux de l'Alberta. Aventure Écotourisme Québec et ses membres qui dépendent de notre fleuve, demandent aux autorités gouvernementales d’une voie forte et commune de réévaluer la situation en gardant à l’esprit qu’à long terme, un accident est probable.

Nous sommes d’avis qu’il faut impérativement protéger le golfe du Saint-Laurent de tous projets d'exploration et d'exploitation d’hydrocarbures en instaurant un moratoire pour l'ensemble du golfe.

Voir toutes les nouvelles | RSS